Mon parcours

Une première vie

Sylvain BocquelAprès un baccalauréat scientifique, j’ai logiquement commencé des études en sciences, sans conviction. Je me suis par la suite tourné vers la gestion, le droit, la finance, et la comptabilité. Après mes études, j’ai exercé pendant une quinzaine d’années dans différentes entreprises. Dans un premier temps je me suis spécialisé dans le contrôle de gestion industriel, principalement pour des industries de haute technologie. Par la suite, j’ai évolué vers des fonctions plus financières dans le monde de la protection sociale.

Un peu avant la fin de mes études, des événements personnels  m’ont particulièrement affecté (en particulier trois décès très proches, en à peine un mois). J’ai décidé alors de faire une psychothérapie pour m’aider à passer ce cap. Assez vite, mon thérapeute m’orienta vers une thérapie analytique, qui devint très vite une authentique psychanalyse. C’est presque sans m’en rendre compte que j’entamais ce parcours freudien… qui allait durer six ans !

Une passion

Sylvain BocquelAprès tout ce temps passé je suis arrivé à une sorte de point de blocage : plus rien n’avançait. Désireux d’approfondir toujours plus loin, je changeai de divan pour continuer ma psychanalyse dans une autre orientation. C’est ainsi que je découvrit la psychanalyse lacanienne.

La découverte de Lacan a été comme un déclencheur. Je me suis dès lors passionné pour la psychanalyse, mais aussi pour la psychologie humaine, la sociologie clinique… et plus généralement tout ce qui me permet de continuer à explorer ce qui fait toute la singularité de notre expérience d’être humain, parlant et désirant. C’est ainsi que de fil en aiguille j’ai rencontré l’hypnose.

Immédiatement, j’ai été séduit par cette étrange pratique dans laquelle une parole nous entraine dans un autre rapport à nous même. J’ai ainsi commencé à explorer ce nouvel univers, stupéfait de constater toutes les possibilités qu’il offre, qui plus est rapidement et de manière ludique !

Un bienheureux accident

Et puis il y eu un matin… où je n’ai pas pu me lever… A même pas quarante ans je ne pouvais quasiment plus marcher. Il y a bien sûr eu des heures d’hospitalisation, d’examen et de consultations médicales, des caisses de comprimés et de gélules de toutes les tailles et de toutes les couleurs… et une carrière interrompue ! Ayant appris l’auto-hypnose, j’arrivais à gérer la douleur mais quelque chose bloquait…

Jusqu’à cette séance d’hypnose avec une amie où j’ai pris conscience que, au-delà de la maladie physique, j’étais en plein « burn-out » comme on dit. Tout est instantanément devenu très simple. J’ai dès lors « tout plaqué ». Un mois d’auto-hypnose intensive plus tard, je marchais, je conduisais, et me dirigeait vers ma nouvelle vie, entièrement centrée sur ma passion : vous, moi, nous, et ce que nous avons d’unique à être et à vivre…